Escapade en Vallée de la Cèze

Vallée de la Cèze

Réveil idéal et petit plouf rapide dans la piscine, après une nuit reposante dans l’un des pavillons indépendants du VVF les Hauts de Cèze, à Méjannes-le-Clap. Un village vacances à l’ancienne, ce qui fait son charme, situé dans un environnement calme, au coeur des basses Cévennes. Petit-déjeuner avalé et batteries chargées à bloc, on est maintenant prêts à affronter ce qui nous attend ce matin : une descente en rappel de 50 mètres pour aller sous terre, dans une grotte. Pas n’importe quelle grotte, celle de la Salamandre, l’une des plus belles cavités d’Europe. Rien que ça.

Découverte en 1965, elle n’est ouverte au public que depuis 2013, après des aménagements qui respectent l’environnement. On aime. Il faut marcher quelques centaines de mètres sur un joli sentier ombragé, devant un chouette paysage, pour arriver au bâtiment d’accueil réalisé en bois local, à flanc de falaise. Surtout, et c’est pour ça qu’on est là, la grotte de la Salamandre offre la possibilité de vivre une expérience unique : découvrir la grande salle et ses concrétions géantes comme les spéléologues l’ont fait il y a une quarantaine d’années, en descendant, suspendus dans le vide, depuis le puits naturel qui émerge à la surface.

Combinaisons OK. Casques et lampes frontales OK. Baudriers OK. Accompagnés par un moniteur diplômé d’Etat, souriant et rassurant, on respire un grand coup et on se lance. La première vingtaine de mètres se parcourt face à la paroi, sans ne rien vraiment voir de ce qui se passe en-dessous. Idéal pour s’habituer aux gestes du rappel et pour prendre confiance. Puis tout à coup, on crève le plafond de la grande salle et on découvre, sous nos pieds, une trentaine de mètres plus bas, mises en valeur par le jeu de lumières, les centaines de concrétions de la grotte. Incroyable ! Le petit stress qui restait encore s’envole illico, dans la magie d’un instant qu’on aura du mal à oublier.

Nos pieds touchent le sol. Mince, c’est déjà fini ? On profite encore de la grotte en parcourant le chemin qui serpente au milieu des stalactites et stalagmites immenses, jusqu’au belvédère, façon balcon, qui offre un point de vue sur la grande salle. Attention si vous choisissez de visiter la grotte en restant sur le plancher des vaches : la température à l’intérieur est de de 12°C, pensez à vous munir d’une petite laine (nous, ça va, on a toujours nos combinaisons de rappel).

 

C’est reparti. La tête encore un peu dans le vide, on emprunte la magnifique route qui borde la Cèze, on longe plusieurs champs de lavande, jusqu’aux frontières de l’Ardèche (mais toujours dans le Gard, hein!) pour se garer aux abords du petit bourg de Montclus. Le donjon du château médiéval s’aperçoit de loin.
Le village, classé parmi Les Plus Beaux de France, s’enroule autour d’une colline, jusqu’à la rivière (il y a même des petites plages, pour les amateurs de baignade). Surtout, ses ruelles, sans la moindre construction moderne, avec leurs escaliers et leurs petits passages voûtés, ont conservé un cachet extraordinaire. On passe le reste de la matinée à les parcourir.

Bon, vous savez quoi ? Les émotions, ça creuse. Midi approche, on reprend la route direction Barjac, dans des paysages encore verdoyants et magnifiques : dire qu’on habite à Nîmes, tout près d’ici, et qu’on n’avait pas la moindre idée de la beauté de ce coin du département, plus secret mais tout aussi charmant que l’Uzège, la Camargue ou les Cévennes, entre autres.
Au coeur de Barjac, labellisé Village de caractère, au pied d’un château restauré, et de ses mignonnes rues piétonnes, une bonne adresse : la Gargouille. Le restaurant dispose d’une salle voûtée en vieilles pierres et aussi, à l’arrière, d’une cour intérieure abritée. Les assiettes sont généreuses et délicieuses et tout est cuisiné maison. Miam !

Après une petite balade digestive dans les ruelles, cap sur la dernière étape de notre journée en vallée de la Cèze, et on l’attend avec impatience : les thermes des Fumades, à Allègre-les-Fumades. Sur le chemin du retour vers Nîmes , après toutes les émotions de la journée, on s’accorde une pause bien-être. Non mais.

Les thermes des Fumades (à 15 km d’Alès) sont connus depuis l’époque gallo-romaine pour leurs vertus dermatologiques ou respiratoires. Situé au coeur d’un parc arboré, facile d’accès, le centre dispose d’une espace bien-être et remise en forme pour « tous ceux qui ont envie de se faire dorloter ». Ça tombe bien, c’est notre cas. Durant une partie de l’après-midi, après un massage délicieux, on profite de la piscine et de ses jets balnéo, du hammam, du sauna et du solarium. La vie est belle, dans le Gard.


Contacts utiles
:
Office de Tourisme de Mejannes-le-Clap  Tél : 04 66 24 42 41
Office de Tourisme d’Allègre-les-Fumades   Tél : 04 66 24 80 24

Elodie-et-Mathieu
Elodie et Mathieu,
A ticket to ride

 

 

0 Comments
Previous Post
Nîmes-Maison-Carrée
Next Post
Sommières