Notre escapade en pays d’Uzès – Pont du Gard

Vacances-en-Uzege-Pont-du-Gard

Le marché d’Uzès.

C’est la meilleure manière de commencer une journée en Uzège. TF1 et la presse régionale viennent récemment de classer le marché d’Uzès 4ème plus beau marché de France. Joli coup de projecteur, merci, mais nous, il y a longtemps qu’on sait que, chaque mercredi et samedi, il est épatant. Parce qu’il est authentique : même en plein été, quand les touristes se joignent aux locaux, ça reste un vrai marché de producteurs. Il paraît que ça dure, ici-même sur cette bien-nommée place aux Herbes, depuis le Moyen-Âge ! Fruits et légumes, viande, mais aussi olives et tapenade, miel ou fromages, nous, on ne repart jamais le cabas vide.

Plus intimiste le mercredi matin, il occupe tout l’espace le samedi matin et s’étend même, aux beaux jours, aux rues avoisinantes. Notre conseil : comme nous, arriver assez tôt pour pouvoir flâner – et goûter ! – plus tranquillement de stand en stand et discuter avec les producteurs, ravis de parler de leurs produits et de leur pays ; c’est plus facile aussi de se garer à proximité. Ou sinon, en toute fin de matinée, pour profiter de l’ambiance et rester déjeuner à l’une des nombreuses tables du duché.

Après le marché, on ne se lasse pas de se balader dans le centre. Uzès, aucun Gardois ne l’ignore, est bien le premier duché de France, et l’imposant château est toujours là pour le prouver, au cœur d’une ville à l’Histoire riche et toujours visible. Entouré par le boulevard Gambetta, la vieille ville est un dédale charmants de ruelles et de petites places fleuries et ombragées. Même après bien des visites, on a encore parfois un peu de mal à s’y retrouver et vous savez quoi, c’est tant mieux parce qu’on adore s’y perdre !

La Cathédrale Saint-Théodorit, l’Hôtel de Ville et sa cour intérieure (qui accueille de chouettes concerts l’été) ou encore la Tour Fenestrelle, seule du genre en France et qui rappelle étrangement la Tour de Pise (penchez un peu l’appareil photo, c’est sûr, vous tromperez vos amis) : les merveilles sont à chaque coin de rue à Uzès. Et ah oui, au fait, il y a aussi le musée du bonbon Haribo (et sa boutique-caverne-d’Ali-Baba) toute proche.

Cap sur le Pont du Gard. Sur la route, on fait un détour par le domaine de Malaïgue, à Blauzac. Le propriétaire-récoltant François Reboul, issu d’une famille paysanne depuis huit générations, y cultive des vignes en agriculture biologique, dans le respect de la nature. Tout au long de l’année, les visiteurs sont accueillis dans l’intimité de la cave du XIIe siècle pour des dégustations. A l’extérieur, il y a aussi des sentiers fléchés au milieu des vignes. Une pause gourmande et nature.


Le Pont du Gard

Bim ! Ça marche à tous les coups. À chaque fois qu’on voit le Pont du Gard, c’est la claque. D’abord parce que l’ouvrage est colossal : 275 mètres de long, près de 50 mètres de haut. Parce qu’il est beau, faut dire ce qui est. Mais surtout parce qu’on ne peut s’empêcher d’être impressionné par la prouesse qu’il représente : il est l’élément le plus spectaculaire d’un aqueduc construit il y a 2000 ans pour amener l’eau des bords du Rhône à Nîmes, à une cinquantaine de kilomètres. Chapeau bas messieurs les Romains.

Il y a plusieurs moyens d’accéder au site. Par la route, bien sûr, et les parkings surveillés des rives droite ou gauche (adulte 8,50 € ; enfant 6 € ; les infos pratiques). Sur place, accès libre au Musée, pour tout savoir du monument, et à l’espace Mémoire de Garrigue, un vaste et agréable parcours en plein air à travers l’histoire des espèces et de l’agriculture méditerranéenne : oliviers, pierres sèches. Il y aussi un restaurant, les Terrasses, qui permet de s’attabler pour déguster des mets régionaux avec le Pont en toile en fond, pour un repas mémorable. Le cadre est unique, les assiettes réjouissantes. Pour les gros appétits, n’hésitez pas à tenter le « dessert du fada » : un assortiment de toutes les spécialités sucrés du chef. Miam.

 

Si comme nous vous aimez marcher, le Pont du Gard peut aussi se rallier à pied, en randonnée : une belle balade part notamment de Saint-Bonnet-du-Gard et permet de rejoindre en moins d’une heure – gratuitement – le Pont et les berges du Gardon? Cliquez ICI pour les détails de cette rando 😉
Ou encore en canoë. Nous, c’est un rituel, on le fait à chaque fois que des amis ou de la famille vient nous rendre visite dans le Gard, aux beaux jours. Plusieurs sociétés louent des embarcations à Collias, à moins de huit kilomètres en amont du Pont du Gard. On embarque maillots, serviettes et le pique-nique dans des bidons étanches fournis (après avoir fait les provisions au marché d’Uzès, donc, ou encore aux Halles de Nîmes ) et c’est parti pour la descente du Gardon. En pagayant gentiment, cela ne demande que deux heures. Notre conseil : allez, prévoyez-en au moins quatre, pour profiter des nombreux spots à baignade et d’une bonne pause à midi. Le canoë, c’est surtout une façon insolite et rafraîchissante de (re)découvrir le Pont du Gard, en passant dessous. Quand on le voit se dessiner au-dessus de la rivière, superbe et majestueux, bim, c’est la claque. Hé oui, ça marche à tous les coups.

Elodie-et-Mathieu

Elodie et Mathieu,
A ticket to ride

0 Comments
Previous Post
Recyclerie d'Anduze
Next Post
bloc-session-1