A la découverte du parcours d’interprétation de la Voie Verte

voie verte

Adeptes de sorties sportives familiales, tranquilles, nous venons, de temps en temps, pratiquer la voie verte entre Calvisson et Sommières.
C’est un itinéraire facile, accessible en toute sécurité notamment avec les enfants. Il traverse des paysages variés, entre plaines viticoles et collines odorantes couvertes de garrigue ou de pinèdes. C’est un vrai bonheur d’y revenir, souvent, au cours de l’année, car, au fil des saisons, le paysage évolue. Au printemps, le vert dominant des jeunes pousses complète un tendre camaïeu, tandis qu’à l’automne les couleurs chatoyantes de vignes tranchent sur le feuillage gris argenté des oliveraies.


Si l’on rajoute à ce décor changeant, que l’on peut la parcourir à pied, en vélo ou en roller : la voie verte devient alors une véritable source d’inspiration pour des loisirs renouvelés.
D’ailleurs, les utilisateurs sont nombreux à l’avoir adopté. Peu importe le jour ou la saison, on y rencontre de sympathiques randonneurs, que l’on croise, à l’aller comme au retour, en échangeant de joyeux « bonjour ! ».


Ce printemps, encouragés par une météo souriante, nous décidons de revenir pour une petite sortie en famille entre Calvisson et Sommières. Quelle surprise de découvrir les nouveaux aménagements de découverte du patrimoine qui ont été installés le long de l’itinéraire !

Nous avons trouvé, régulièrement planté, un totem, au bord de la voie verte. Il nous présente le lieu où nous sommes mais pas que. Après avoir lu le petit texte, nous avons eu la curiosité de flasher le QR code qui s’y trouve et avons basculé dans un autre univers. Il est vrai que cette voie verte fut autrefois une ligne de chemin de fer et, avec le temps, hormis quelques vieilles gares témoins de ce passé, nous l’aurions presque oublié.
Et voici que, les histoires que nous racontent les documents, au travers de cet outil de découverte, nous ramènent au siècle passé. Ils évoquent cette mémoire ferroviaire. Amusé pas un contenu déroutant, nous nous sommes pris au jeu de découvrir les récits qui se cachent derrière chacune des haltes rencontrées. Ainsi, à l’appui de créations artistiques originales le chemin de fer refait surface, mais pas que … Plusieurs bornes dévoilent des curiosités ou des traits de caractère des villages à proximité de l’itinéraire.

Peu après Congénies, au cœur de la plaine viticole, nous faisons un arrêt au bord d’une petite mare aménagée. Véritable havre de paix pour une faune et une flore des zones humides, nous faisons une petite halte sur le ponton surplombant le point de vue en écoutant le chant des oiseaux et des grenouilles.

Ainsi, jusqu’à Sommières, ce sont 8 haltes qui nous ont accompagnées dans le temps et dans l’espace. Cela a donné à notre balade un contenu peu ordinaire où chacun, petit ou grand, a pu apprendre quelque chose de nouveau !

Aline-Blogueuse-pour-le-Gard-2016
Aline et Elise

0 Comments
Previous Post
Visite de Nîmes en petit train
Next Post
Cratère surfaces