Testé et approuvé : le parc floral des Camellias de la Prairie!

Parc floral des Camellias de la Prairie

En ce début de printemps la journée s’annonce superbe et je cherche une sortie à faire avec Elise. Je me laisserais bien tenter par une balade dans un jardin en fleurs, et là… bingo ma petite ampoule s’éclaire. Vous savez la même qui apparaît au-dessus des personnages de dessins animés 😉 Je me souviens avoir vu il y a quelques mois des photos du parc floral des Camellias à Alès, je ne sais plus bien où mais ça avait l’air bucolique.

Un petit tour sur le web je tombe sur des photos qui finissent de me convaincre. Un petit tour à l’épicerie du coin, je prépare le pique-nique (une aire est à disposition sur place) et nous voilà parties direction la capitale cévenole !

Le parc se trouve dans le quartier de la Prairie. Bien nommé ce quartier, ici le vert domine et les oiseaux chantent au soleil. Difficile d’imaginer que la rocade et le centre-ville sont tout proches tant il y règne une certaine quiétude.

La visite démarre par la découverte du rucher pédagogique tout récemment installé. Elise un peu sur la réserve au départ (la peur de se faire piquer sans doute) découvre grâce aux panneaux qu’une abeille peut butiner jusqu’à 2 000 fleurs par jour ! Ce parcours pédagogique est intéressant et nous en apprend beaucoup sur la vie et l’utilité de ce petit insecte. De mon côté je suis bluffée par l’organisation quasi militaire d’une ruche. Nous découvrons aussi les ruches d’antan, creusées dans des troncs et fermées d’une lauze, nous les trouvons très jolies. Un couple de papi-mamie du coin venu découvrir le parc nous explique que nous pouvons trouver ce type de ruche dans les vallées cévenoles et notamment sur le sentier de randonnée de la Roquette, au cœur du Parc National. Je note donc pour peut-être une prochaine balade.

 

La visite du parc floral peut alors commencer nous nous dirigeons, accompagnées de Bernard notre guide, vers la partie jardin et Elise découvre avec plaisir toute la palette de couleurs, de tailles et de formes offerte par les différentes variétés de Camellias. Elle était loin de se douter (et moi aussi) que nous allions entrer dans un véritable tableau impressionniste ! Le guide explique alors qu’ici fleurissent chaque année près de 4,5 millions de fleurs !!! Un chiffre incroyable non ??? Nous comprenons bien pourquoi les petites abeilles se plaisent ici ! Notre hôte nous présente les noms et spécificités de chaque variété mais j’avoue ne retenir que la Chanel. Un camellia blanc, parfait hommage à la couturière qui avait popularisé la fleur au début du XXe siècle dans ses défilés. Nous découvrons aussi les superbes magnolias du parc dont le parfum accompagnera toute notre visite. Au détour des allées, Bernard nous apprend que le théier ou arbre à thé est en fait une variété de camellia. Encore une découverte pour moi grande adepte de cette boisson ! Depuis une dizaine d’année le parc travaille d’ailleurs à l’élaboration d’un thé, cultivé sur les terres cévenoles, et qui semble t-il serait déjà prometteur. Autant vous dire que je vais suivre ça de près !

Notre visite se poursuit dans la partie « forêt » les camellias et magnolias sont ici immenses et forment des allées ombragées. Le tapis de pétales au sol ravit ma petite Elise qui s’empresse d’en ramasser une poignée et souffler dessus pour les faire s’envoler. Là encore nous sommes plongées dans un univers enchanteur ! Bernard explique alors l’Histoire du parc et nous montre le tout premier camellia offert par le patron de Jean Ignal. Notre balade s’achève et je ne peux résister à l’envie de repartir avec une petite part de féérie qui agrémentera mon balcon nîmois…

Avant de reprendre la route nous profitons des lieux pour déjeuner au soleil et ne pas briser trop vite le charme. Elise est ravie et se promet, une fois à la maison, de prendre ses crayons pour faire un dessin pour ses grands-parents.
Info + : la pleine période de floraison s’étale de mars à mi-mai mais la grande variété d’espèces présentes dans ce parc permet une floraison quasi permanente.

Plus d’infos : www.camellia.fr

Aline-Blogueuse-pour-le-Gard-2016
Aline et Elise

0 Comments
Previous Post
Le Grand Site de Navacelles et son village.
Next Post
Centre-du-Scamandre-en-Camargue-gardoise