Moments partagés autour de la châtaigne en Cévennes…

Autour de la châtaigen en Cévennes

Pour moi qui suis un cévenol pur souche, s’il y a bien une période de l’année qui prend un sens particulier, c’est bien au début de l’automne ! Quand les jolies couleurs commencent à teinter nos belles montagnes cévenoles et que l’appel de la forêt et de la châtaigne se fait entendre… pour le plaisir des yeux autant que de la gourmandise !!!

Il faut avouer que profiter d’un dimanche ensoleillé pour une balade en famille dans les bois, c’est déjà un très chouette moment. Mais ramasser des châtaignes, dans la perspective de confectionner de la confiture….  Alors là, huuuum, ma fibre cévenole est plus forte que tout ! Cela me rappelle les soirées avec ma grand-mère, (ma “mamée” à moi 🙂 ) passées à éplucher, peser, sucrer et touiller dans la bassine à confiture ! Vous l’aurez compris la crème de marron, c’est ma madeleine de Proust à moi !

Et cette année, LE beau dimanche s’est bien fait attendre… Entre pluie et grisaille, il a fallu être patient ! Mais c’est arrivé. Avec Sabine et les enfants, nous avons fait une première balade tout près d’Alès, en Gardonnenque, le temps d’une petite promenade entre chênes et murs de pierres sèches et d’un pique nique au soleil. Nous avons fait une rencontre surprise au détour d’un sentier : tout un troupeau de moutons et de chèvres. Julien, notre fils de 8 ans, était tellement ravi, qu’ils les a littéralement mitraillés de photos !! On a eu du mal à le persuader de continuer notre route.

 

La récolte des châtaignes

En début d’après-midi, nous voici enfin dans les sous bois de nos Cévennes !  L’odeur des champignons et de la forêt nous le rappelle bien d’ailleurs. Et partout autour de nous, les feuillages dorés des châtaigniers… L’occasion pour Julien de nous rappeler qu’il avait appris en classe que le châtaignier était autrefois appelé  « l’arbre à pain » car la châtaigne fut longtemps la base de l’alimentation humaine dans les Cévennes, mais également pour les animaux.

Avec nos bâtons, on passe aux choses sérieuses ! Quand les bogues sont encore fermées et ne se sont pas encore fendues pour libérer les fruits,  on les presse pour pouvoir récolter notre précieux butin… Satisfaits de notre récolte, nous rentrons à la maison pour préparer notre délicieux nectar : la crème de marrons !
Bon, qu’on se le dise (et sans décourager ceux qui n’ont pas encore essayé), il faut s’armer d’un peu de patience et de courage car l’épluchage, c’est fastidieux !!! Mais jetez un oeil à la recette, je vous propose le truc de ma mamée 😉
C’est tellement délicieux la crème de marrons maison que cela mérite largement quelques efforts ! En tout cas, nous lui avons fait honneur, à grands coups de cuillères directement dans le pot… il n’en reste plus beaucoup pour préparer des desserts 🙂

La recette…

Et puisque j’aime partager les bonnes choses, voici la recette familiale de la crème de châtaignes !

Ingrédients pour 3 pots de 375 g
1 kg de châtaignes fraîches – 750 g de sucre cristallisé par kilo de purée de châtaigne – 1 gousse de vanille bio (ou 2 gousses si elles sont moins parfumées) – 2 cuillères à soupe de rhum arrangé ou de whisky
Temps de préparation : 2 h d’épluchage + 30 minutes de cuisson, broyage, passage au tamis + 30 minutes de préparation de la crème
Niveau : facile mais pénible pour l’épluchage (à plusieurs en famille, c’est plus sympa !)

Dans un premier temps, épluchez la première écorce ET la deuxième peau de la châtaigne. C’est une astuce qui a le mérite de donner une texture et saveur bien meilleure à la crème.
Cette seconde peau à retirer a un goût d’amertume, il est donc nécessaire de l’ôter pour ensuite cuire les châtaignes pelées dans une grande casserole d’eau bouillante et les écraser directement à travers un tamis.
En effet, le meilleur moyen d’y arriver est d’utiliser un tamis ! Rapide et facile:)

Pour finir, mélanger délicatement la purée de châtaigne avec le sirop bouillant.
Restez attentif à la transformation et de la couleur de la texture au contact de la cuillère en bois.
Lorsqu’une belle coloration sombre et brillante apparaît, c’est prêt !

Astuce : Vous pouvez ajouter un peu de rhum, parfum vanillé ou quelques grains de café… 😉

Plus d’infos sur le territoire : www.cevennesgrandsud.cool  et  www.tourismegard.com

Cédric-Blogueur-pour-le-Gard-2016
Cédric

0 Comments
Previous Post
L'Abbatiale de Saint-Gilles est classée au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'Unesco.
Next Post
Crèche vivante de Saint Gilles